Scream Queens, mon université va saigner | Avis

Scream Queens est pour moi la série qui me correspondait le moins dans laquelle j’ai mis le plus d’espoir depuis les upfronts. Je ne suis pas très friand du genre horrifique, et encore moins du gore, et pourtant la dernière création de Ryan Murphy semblait avoir ce grain de folie et de pop qui me ferait passer au delà de mes à priori. Est-ce qu’au final ce début de saison me confirme mon impression ou m’éloigne d’autant plus du genre. La réponse dans le sang des victi…euh dans cette review des deux premières parties.

ScreamQueensQuote1

Qu’est-ce Scream Queens? (Oui il y a un jeu de mot)

Afin que vous sachiez de quoi parle Scream Queens je m’en vais vous faire un petit rappel du pitch.

Tout se passe à la Wallace University, et est plus particulièrement centré sur ce qui se passe dans et autour de la sororité “Kappa Kappa Tau”. Cette dernière est détestable grâce à, entre autre, son insupportable et prétentieuse présidente “Chanel” (Emma Roberts). La Doyenne (Jamie Lee Curtis) n’est pas leur plus grande fan et fini, un peu par vengeance, par les obliger à accepter de nouvelles recrues qui ne correspondent pas forcément à leurs standards. Ce regroupement d’étudiantes qui en plus d’avoir un sombre passé est apparemment la cible d’un tueur en série déguisé en diable rouge.

Bon je vous retranscrit pêle-mêle aussi et en tentant de ne pas vous spoiler. Ce qui est un exercice des plus compliqué.

Scream queens pilote s01e01 s01e02 avis review critique Red Devil

Une entrée en matière douloureuse

L’avis Moustache

Après ce début de saison ce qui est certains c’est que le grotesque, le ridicule et le too much ne tue pas, enfin en tout cas pas tout le monde et pas tout de suite (On nous promet une mort par épisodes). C’est extravagant, rempli de cliché, incisif et un peu gore. Bref le cahier des charges que je m’imaginais point par point.

On comprends très vite où va nous mener la série. Le tout début nous emmène brièvement 20 ans en arrière (1995 donc) lors d’une fête de la sororité et nous offre directement à une vision de sang sur les mains d’une fille. Situation qui sera aussitôt tourné au ridicule par une de ses soeurs qui lui demandera si ce sont ses règles. Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres que je vous laisse le plaisir de découvrir par vous même. La mort n’est pas jamais prise au sérieux, bien au contraire.

Scream queens pilote s01e01 s01e02 avis review critique

Tout ceci est bien entendu épaulé par un casting et une gestion des personnages absolument et délicieusement caricaturale. Chanel Oberlin est tout ce qui peut se faire de pire niveau humain, elle est presque constamment suivie par 3 filles (Ariana Grande, Billie Lourd, Abigail Breslin) qu’elle appelle ses “Minions” (Sbires en français) et qui, ne se souvenant pas de leurs vrais prénoms, finit par les renommer Chanel 2, Chanel 3 et Chanel 5 (la quatrième ayant disparu suite à une méningite). Son ex, Chad Radwell (Glen Powell) est un riche crétin qui ne se mêle pas avec les personnes non populaires et pour qui Michael Bay est un des plus grands cinéastes au monde.

Et je ne pourrai parler des personnages sans au moins citer l’innocente Grace Gardner (Skyler Samuels). Fraîchement arrivée et voulant intégrer Kappa Kappa Tau pour suivre le pas de sa mère qu’elle n’a pas connue. La fille bien sous tout rapport, un peu marginale, ne collant pas vraiment avec l’image de cette “Maison”, un autre cliché au milieu de beaucoup d’autres. Boone (Nick Jonas) c’est le toutou de Chad, Gigi Caldwell (Nasim Pedrad) est la grande chef des KKT qui suite à un traumatisme reste bloqué dans les 90’s, Hester (Lea Michele) c’est la fille étrange obsédée par la mort engoncée dans une énorme minerve, et j’en passe (La fille sourde fan de Taylor Swift par exemple).

Scream queens pilote s01e01 s01e02 avis review critique

Pas contentes les « bitches »

Scream Queens, c’est plein de grands noms, d’autres moins connus, mais surtout un regroupement qui fonctionne bien dans cette peinture totalement exacerbée et limite cartoon d’une jeunesse américaine qui déconnectée de la réalité. La série n’est clairement pas ici pour lancer le débat ou une grande réflexion, mais bien pour nous divertir avec ses gros sabots. Et sur moi ça marche totalement. J’accepte que ce soit too much, que ce soit grand guignolesque, ça m’éclate. Et ce même si mon aversion pour le gore me fait parfois limite cacher mes yeux avec l’écart entre les doigts pour ne rien rater.

C’est aussi une série qui nous donne envie d’avoir des réponses à nos questions, nos doutes, nos suspicions et surtout qui est ce Diable Rouge?

Scream queens pilote s01e01 s01e02 avis review critique Red Devil

Que fais Grace avec le masque du Red Devil?

Bref, pour ceux qui ne l’auraient pas compris, Scream Queens est une série pas comme les autres. Elle est représentative de la folie et la créativité qui ne connais aucune limite de Ryan Murphy et Brad Falchuk. Elle commence fort et me laisse vraiment espérer une saison aussi réussie que cette mise en bouche, tant au niveau de l’acting, de l’écriture que de la folie géniale présente à l’écran.

Publicités

2 commentaires sur « Scream Queens, mon université va saigner | Avis »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s